Par /

Etude – Airbnb dans les campagnes en France

Le cabinet Acadie, coopérative conseil spécialisée en politiques publiques et territoires, s’est penché sur la présence d’Airbnb dans les campagnes françaises (voir l’étude complète ici).

  • En France, le nombre d’annonces Airbnb a été multiplié par 37 dans les campagnes entre 2012 et 2017 (quand dans le même temps il a été multiplié par 19 sur l’ensemble du territoire)
  • En 2017, les logements Airbnb en campagne représentent 11.7% du total des logements sur Airbnb France (contre 5,9% en 2012)

Le nombre de voyageurs connaît une croissance encore plus exponentielle et témoigne de l’intérêt croissant des voyageurs pour les destinations rurales.

  • Le nombre d’arrivées voyageurs dans les campagnes en France a été multiplié par 221 entre 2012 et 2017 (contre x44 sur la totalité du territoire français).
  • En 2017, les visiteurs Airbnb dans les campagnes françaises représentent 9,24% du total des visiteurs en France (contre 1,86% en 2012).

Le cabinet Acadie s’est ensuite intéressé à définir plus finement les divers visages de la ruralité en France, et les impacts d’Airbnb sur chaque catégorie.

Le postulat de départ étant qu’on ne peut pas parler de « la ruralité » comme d’une catégorie générale, la typologie proposée croise deux lectures des campagnes de faible densité : la dynamique globale (population et emploi) et le caractère touristique des territoires.

A partir de là, l’étude distingue quatre types de campagnes à faible densité:

  • Dans les campagnes attractives, en habitants et/ou en emplois, et déjà mises en tourisme avant l’arrivée d’Airbnb (21 994 annonces)
  • Dans les campagnes attractives, mais qui n’ont pas de tradition touristique forte (4 160 annonces).
  • Dans les campagnes en panne de développement, malgré leurs fonctions touristiques avérées (13 392 annonces).
  • Dans les campagnes en panne de développement et sans caractère touristique (4 089 annonces).

1/ Les campagnes attractives et déjà touristiques

Lège Cap-Ferret et la côte landaise, St-Jean-Pied-de-Port et l’intérieur du Pays basque, le Quercy, le Périgord blanc, le Rouergue, le pourtour de la plaine du Languedoc et du Roussillon, du Capcir à l’arrière pays de Montpellier, la Drôme provençale, le Queyras et le Briançonnais, les pays du Haut-Verdon et du Haut-Var, la chaîne des Puys, l’Aubrac, sans oublier la Corse dans sa presque totalité : autant de destinations touristiques bien connues et portées par le marché métropolitain, qu’il soit national ou international.

Ce sont les campagnes des vacances et les campagnes récréatives, même si cela n’est pas partout leur unique fonction. Sans surprise, elles accueillent le gros de l’offre Airbnb, mais ce n’est pas forcément là que cette offre pèse le plus compte tenu des autres formes d’accueil touristique : ces campagnes sont depuis longtemps mises en tourisme, Airbnb s’inscrit dans cette dynamique et la conforte.

Impacts de la communauté Airbnb:

  • Contribution à l’augmentation du volume de l’offre, en pic saisonnier, notamment pour équilibrer la sur-occupation du littoral (une solution pour les saisonniers, pour les touristes en quête d’offres bon marché, etc.)
  • Diversification du type d’offre, hors saison, sur des segments de marché plus accessibles, ou dans des localités nouvelles.
  • Promotion de nouvelles formes de voyage permettant de renouveler une offre traditionnelle perçue comme figée.
  • Contribution à l’amélioration du bâti

2/ En frange des grands bassins métropolitains : les campagnes péri-urbaines

Ce sont les campagnes à une heure de Paris, Toulouse, Bordeaux, etc. Ces campagnes sont attractives, voire très attractives, et cela sans raison touristique particulière vue leur offre d’hébergement en la matière.

La Beauce et le Gâtinais pour Paris, le sud de la Charente et l’intérieur des Landes pour Bordeaux, une couronne quasi complète à 60 km autour de Toulouse, les franges du bassin de Rennes, les Mauges et le bocage angevin au large de Nantes, mais aussi des campagnes de report résidentiel autour de Reims, Metz ou Dijon.

A l’inverse de la catégorie précédente, ce n’est pas forcément là qu’Airbnb offre les plus gros volumes d’accueil, mais c’est notamment là que cette offre a un poids relatif élevé, du fait de la faiblesse de l’offre classique (hôtels, campings, résidences secondaires).

Apports de la communauté Airbnb:

  • Des fonctions d’accueil liées aux activités de la métropole ou de la grande ville, hors pratiques touristiques et récréatives.
  • Une amorce de mise en tourisme ou en activités récréatives (week-end), là où les acteurs classiques ne peuvent pas encore s’engager
  • Un rôle complémentaire à l’offre urbaine centrale (en coût, en type de prestation, …)

3/ Les campagnes en déclin touristique

Le Morvan, le Plateau de Millevaches, le Cantal et le Cézallier, la Margeride et les Cévennes, l’Ubaye et les Pays du Buech, une large part de la chaîne des Pyrénées sauf ces quelques spots touristiques majeurs, la Haute-Maurienne : c’est l’autre face de la France touristique. C’est aussi, fréquemment, « la France des confins », avec des campagnes qui sont aux limites des régions, par exemple entre Centre Val de Loire et Aquitaine, ou entre Grand est et Bourgogne Franche Comté.

Ces campagnes pâtissent d’un éloignement relatif par rapport aux territoires émetteurs de demandes touristiques et récréatives, mais à l’inverse c’est là aussi une bonne part de l’argumentaire de leur offre : le calme, le retrait, l’authenticité, la nature « vraie », etc. Ce sont aussi des territoires d’accueil d’un tourisme plus populaire, avec une forte tradition d’accueil en structures de tourisme social.

Apports de la communauté Airbnb:

  • Un appui à la remise sur le marché d’une partie du parc du logement et à la rénovation patrimoniale en général (seconde vie de résidences secondaires, résidences principales en partie vacante, etc.).
  • Des solutions d’accompagnement du vieillissement de la population
  • Attirer de nouveaux flux et donner un coup de jeune à l’offre touristique existante
  • Promotion de l’authenticité « chez l’habitant » du tourisme rural avec une communauté d’hôtes très territorialisée

Des particuliers, un peu partout, dans chaque village, s’inscrivent sur le site. On a découvert que des endroits méconnus avaient un vrai potentiel. »

Anne Maignien, Directrice de l’office du tourisme de Cosne-Sur-Loire

4/ Les campagnes les moins dynamiques

Pratiquement toute la moitié ouest de la Région Grand Est et de ses franges (l’ex-Champagne-Ardenne, seule région qui continue à perdre globalement des habitants, le Barrois, le Châtillonnais, la Haute-Saône), la plus grande part du Perche, l’Alençonnais et la Mayenne, le Bourbonnais, le Berry, la Champagne berrichonne, la Brenne, le Nivernais et le Centre Ouest Bretagne : ce sont les campagnes très marginalisées de la France, celle qui n’ont pratiquement pas connu de rebond depuis la fin de l’exode rural, ou qui ont subi une désindustrialisation permanente depuis 30 ans. On est dans la moitié nord de la « diagonale du vide », mais avec beaucoup moins de ressources de développement que l’autre moitié.

Cette géographie s’oppose exemplairement à celle de la première catégorie. On voit bien qu’Airbnb peut jouer ici un rôle inattendu mais crucial, à la différence de la situation précédente : la quantité d’offres reste évidemment faible, compte tenu du contexte, mais sa part dans l’offre touristique globale pèse lourd.

Les apports de la communauté Airbnb:

  •  Un levier complémentaire pour des initiatives locales, qui cherchent des niches de re-développement en combinant plusieurs activités
  • L’ouverture à de nouveaux flux par une internationalisation de la clientèle
  • Des fonctions ponctuelles d’accueil sur des grands axes de passage (anciennes grandes routes nationales)
  • Mise en tourisme de résidences secondaires et diversification de l’offre

Des résultats plus détaillés sont disponibles dans l’étude complète.

Vous avez une question, une proposition ou une remarque à nous faire partager ? Écrivez-nous à press@airbnb.com.