Lettre ouverte à la communauté Airbnb sur la construction d’une entreprise du 21è siècle
Lettre ouverte à la communauté Airbnb sur la construction d’une entreprise du 21è siècle

Par /

Lettre ouverte à la communauté Airbnb sur la construction d’une entreprise du 21è siècle

Aujourd’hui, le cofondateur, et PDG d’Airbnb, Brian Chesky, a envoyé le message suivant à la communauté Airbnb,  afin d’exposer notre  ambition de construire une  entreprise  du 21ème siècle.

J’ai une chance incroyable d’être en train d’écrire ce mail. Nous avons commencé l’aventure Airbnb il y a dix ans. À cette époque, Joe et moi n’arrivions pas à payer notre loyer. Nous avons donc créé le tout premier logement AirBed & Breakfast. Nous avons invité trois personnes, que nous n’avions jamais rencontrées, à séjourner chez nous. Tout le monde pensait que cette idée était vouée à l’échec : « les inconnus ne se font pas confiance ». Une décennie plus tard, Airbnb a enregistré près de 300 millions de réservations.

J’étais en train de réfléchir à la direction que prendrait Airbnb dans les dix ans à venir, et j’ai reçu un appel qui m’a beaucoup marqué. C’était un conseiller proche. Il me disait que le moment était venu : il fallait officialiser et clarifier nos intentions afin que, même en prenant de l’ampleur, nous puissions minimiser tout ce qui entre en contradiction avec notre vision. Cet appel m’a fait réaliser qu’il fallait garder une trace écrite de ce que nous voulons institutionnaliser avant qu’il ne soit trop tard. Je me suis donc demandé ce que – si Joe, Nate et moi-même devions partir demain – nous voudrions que le monde sache sur les intentions d’Airbnb.

Airbnb en est encore à ses débuts, et le ciment n’a pas encore complètement pris. Nous sommes maintenant assez grands pour accomplir beaucoup de choses, mais pas au point qu’il ne soit plus possible de changer de trajectoire. Il est encore tout à fait possible de changer radicalement, et la situation dans le monde est telle que le moment ne saurait être mieux choisi. De plus en plus de gens vivent dans leurs bulles numériques, la défiance dans les institutions est à un niveau record et les entreprises réalisent qu’elles ont une plus grande responsabilité envers la société.

De toute évidence, notre responsabilité ne se limite pas à nos employés, à nos partenaires ou même à notre communauté ; elle concerne aussi les générations futures. Les entreprises se doivent de contribuer à améliorer la société, et les enjeux sur lesquels Airbnb peut agir sont tellement vastes que nous devons penser sur le long terme.

La technologie a beaucoup évolué au cours de ma vie, mais pas la façon dont les entreprises fonctionnent. Les entreprises se heurtent à des pressions héritées du 20e siècle, et la norme consiste à privilégier les intérêts financiers à court terme, souvent au détriment de la vision de l’entreprise, de sa valeur à long terme et de son impact sur la société. Disons que ce sont des entreprises du 20e siècle qui vivent au 21e siècle.

Nous voulons créer une entreprise qui réponde aux besoins uniques du 21e siècle. Nous voulons qu’Airbnb soit une entreprise du 21e siècle avec deux grandes caractéristiques :

  1. Elle doit tendre vers un idéal
  2. Elle doit travailler au service de tous

 

Un idéal

Je sais que beaucoup d’entreprises pensent sur le long terme, mais il y a une autre façon d’envisager l’avenir : l’idée d’horizon temporel infini. L’horizon temporel infini des entreprises, c’est une idée que mon ami Simon Sinek, auteur, m’a présentée. Pour lui, le but d’une entreprise est d’avancer vers son idéal. Mais un idéal, c’est un point qui n’est jamais tout à fait atteignable. Il faut donc tendre vers cet horizon indépassable. Or, de nombreuses entreprises ont été conçues dans une optique à court terme. Elles se concentrent sur la lutte contre la concurrence et ses intérêts à court terme. Le but d’une entreprise n’est pourtant pas d’atteindre un objectif limité. Contrairement au monde du sport, il n’y a pas de chronomètre, pas de victoire, pas de défaite. Il s’agit d’innover afin de continuer à exister. Bien sûr, cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas se donner d’objectifs clairs, ni qu’il faut renoncer à la notion d’urgence ou éviter les prises de décisions difficiles. La réussite à court terme reste importante, mais dans la mesure où elle fait avancer votre vision. Pour reprendre Simon, il faut se concentrer sur l’ascension de la montagne, et non sur les haltes en chemin.

Nous pensons qu’une entreprise doit survivre jusqu’au prochain siècle, pas seulement jusqu’au prochain trimestre. Une entreprise du 21e siècle deviendra à terme une entreprise du 22e siècle. Et un horizon temporel infini, cela permet aux entreprises d’être plus audacieuses, d’assumer davantage la responsabilité de leurs actions et de créer des changements qui s’inscrivent de manière durable dans le temps.

  • Nous avons engagé de nombreuses actions pour commencer à mettre cet idéal en pratique. Dès le 22 février, nous annoncerons un prochain chapitre dont l’objectif vise à améliorer de manière fondamentale nos services et avancer vers cet horizon idéal.

 

Un travail au service de tous

Quel est le but d’une entreprise ? Pour moi, c’est de mettre en œuvre une vision, un idéal. Aujourd’hui, ce n’est pourtant plus suffisant. Nous devons également nous assurer que cette vision est positive pour la société. Il faut donc avoir à l’esprit les intérêts de trois parties prenantes : l’entreprise Airbnb (ses employés et actionnaires), la communauté Airbnb (ses hôtes et voyageurs) et le monde extérieur à Airbnb.

Au 21e siècle, une entreprise doit trouver un juste équilibre entre ces trois éléments. Par exemple, l’entreprise Airbnb doit rester animée par des valeurs, faire preuve d’audace et de compassion, tout en développant une activité profitable. Airbnb doit traiter les hôtes de sa communauté comme des partenaires et faire en sorte que les voyageurs se sentent partout acceptés comme chez eux. Airbnb doit également servir et renforcer les communautés locales tout en améliorant la diversité et l’ouverture d’esprit dans le monde. Pour être au service de ces trois entités, nous devons être honnêtes quant aux améliorations que nous apportons à ce que nous faisons, car nous savons que nous sommes loin d’être parfaits. Nous nous attachons notamment à ce que, dans les endroits où l’offre de logements est limitée, la communauté Airbnb aide les habitants à pouvoir conserver leur logement et à faire connaître leurs communautés, mais sans toutefois nuire à la situation du marché locatif local.

  • Pour commencer à évaluer la qualité de notre travail au service de ces trois parties prenantes, nous publierons en mars notre premier rapport annuel sur le sujet. Ce rapport identifiera clairement les critères selon lesquels nous voulons nous tenir responsables vis-à-vis de ces parties prenantes. De la même manière que le rapport annuel d’une entreprise facilite l’évaluation de ses performances financières auprès des actionnaires, ce que nous mesurons et évoquons doit indiquer les avancées de notre démarche dans le cadre de notre vocation à devenir une véritable entreprise du 21e siècle.

 

Un nouveau membre du conseil d’administration

Créer une entreprise au 21e siècle, c’est aussi former un conseil d’administration capable d’aider à mettre en œuvre une vision actuelle et institutionnaliser nos intentions. Je suis fier d’annoncer que nous allons accueillir Ken Chenault au sein de notre conseil, en tant que premier administrateur indépendant non affilié. Airbnb repose sur la confiance. En tant que PDG d’American Express, Ken a développé une des entreprises fondées sur la confiance les plus prospères au monde. Une entreprise qui a su exister et innover, et ce depuis près de 168 ans. Ken et moi avons discuté du modèle d’entreprise du 21e siècle, et en particulier du rôle fondamental qu’a le concept de confiance dans ce type de modèle. Il est également convaincu que, plus que jamais, les entreprises ont besoin de défendre des valeurs, une personnalité et un savoir-faire. Comme il le dit lui-même : « Je pense que si les entreprises existent, c’est parce que la société le permet. Ce n’est pas quelque chose qu’elles s’arrogent. Nous avons donc la responsabilité et l’obligation de contribuer à améliorer la société. »

 

Les dix prochaines années, et au-delà

Dix ans après les débuts d’Airbnb, je me demande souvent comment cette idée de faire dormir des millions de personnes chez des inconnus a pu marcher. En réalité, nous, l’entreprise Airbnb, n’y sommes pas pour beaucoup. Ce sont les hôtes, et plus largement la communauté Airbnb, qui ont rendu cette situation possible. Je tire deux enseignements de cela : les gens sont fondamentalement bons et, à 99 %, nous sommes semblables les uns aux autres.

Si les gens sont à la fois animés par de bonnes intentions, et presque toujours semblables les uns aux autres, alors nous devrions pouvoir proposer plus que des logements chez l’habitant. Nous imaginons un monde où chacun d’entre nous puisse trouver sa place, partout. Un monde où il est possible de se rendre dans n’importe quelle communauté et où quelqu’un nous dit : « Bienvenue chez vous ». Un monde où le sentiment d’être chez soi va au-delà du simple logement. Un monde où chaque ville est un village, chaque quartier une communauté et chaque repas une conversation. Dans ce monde, chacun peut choisir qui il veut être. Voilà le monde magique d’Airbnb. Peut-être que nous ne réaliserons jamais complètement cet idéal, mais nous allons tout faire pour y parvenir.

 

– Brian

Vous avez une question, une proposition ou une remarque à nous faire partager ? Écrivez-nous à press@airbnb.com.